OBJETS (RÉ)INCARNÉS – la lampe cuivrée

J’ai imaginé L’objet (ré)incarné comme une méthode de « stimulation créative » dans le but de favoriser la fabrication manuelle d’objets.


OBJET RÉ-INCARNÉ
Déf. : nouvel objet conçu à partir de la réappropriation d’un objet bavard* et délaissé, ayant déjà eu une ou plusieurs vies antérieures.

(*Un objet qui par sa forme, son histoire et sa fonction, a plein de choses à raconter)

« L’objet réapproprié peut être trouvé, récupéré, déniché. Il est vivant et bavard, entouré d’une ou plusieurs histoires, certaines demeurant inconnues. Il est souvent doté d’un détail qui le rend captivant. Sa revalorisation contribue à la continuation du cycle de vie des objets.
Une fois transformé, il devient “objet (ré) incarné”, un objet riche, à la fois porteur d’une histoire passée et base d’une nouvelle histoire (nouveaux usages, nouvelle forme, nouvelle expérience, nouveaux regards). »


 

La lampe cuivrée

Objet bavard déniché : ancien chauffe-lit en cuivre. Détail captivant : les perforations en cercle autour de l’ouverture centrale et la couleur du cuivre.

A quoi servait-il ? “La bassinoire, ou chauffe-lit, est un ancien ustensile ménager que l’on trouvait souvent à la campagne jusque dans les années 1950 en Europe. Il s’agissait d’une petite bassine à couvercle perforé, en métal (principalement en cuivre, bon conducteur de chaleur facile à mettre en forme), au bout d’un manche de 40 cm à 1,20 m. Le soir, avant de se coucher, les habitants prenaient des braises dans le foyer, le fourneau ou la cuisinière, les mettaient dans la bassinoire et la passaient à l’intérieur des lits pour les réchauffer.

Que « veut-il » devenir ? Un luminaire mobile sur pied. La forme creuse permet l’insertion d’une ampoule ; les petites perforations autour de l’ouverture centrale peuvent créer des effets de lumière intéressants (à observer sur un mur par exemple) ; la texture inégale et accidentée du vieux cuivre peut produire des éclats et reflets variés et vivants avec la lumière ; le long manche déjà percé formera un système de réglage en hauteur de la lampe tout en conservant son rôle de poignée (permettant de choisir la direction de la lumière).

Fabrication Nettoyage du cuivre pour retrouver la brillance et les motifs de la texture. Utilisation de tubes d’acier découpés et soudés pour former un trépied et une bague dans laquelle vient se loger le manche de la lampe. Ajout de trous dans le manche et d’une vis papillon pour régler la lampe en hauteur. Trépied peint en noir pour faire ressortir la couleur du cuivre.

objet-reincarne-lampe-c-debrenne1objet-reincarne-lampe-c-debrenne2

Publicités